Kenya : la juge en chef Martha Koome propose un projet de loi visant à décriminaliser la prostitution

Temps de lecture: 2 minutes
Les hommes et les femmes qui se livrent au travail du sexe ne seront plus condamnées à une amende ou emprisonnés si un nouveau projet de loi était proposé par le pouvoir judiciaire et adopté. Le projet de loi baptisé Projet de loi (amendement) sur le Code pénal, 2023, présenté par la juge en chef Martha Koome, vise à modifier la manière dont le pays traite les infractions pénales et la peine capitale. Les articles 153, 154 et 155 pénalisent tous la prostitution et imposent également une peine de prison de trois ans. Le pouvoir judiciaire propose de supprimer les articles susmentionnés du Code pénal afin que les infractions ne soient pas reconnues si le projet de loi était adopté.
L'article 153 définit la prostitution masculine comme un homme qui vit des revenus de la prostitution, qui vit avec une prostituée ou qui a contribué à l'acte de prostitution.
Une partie du Code pénal dit :

« La loi principale est modifiée par la suppression de l'article 153 qui dispose : Toute personne de sexe masculin qui, sciemment, vit en tout ou en partie des revenus de la prostitution ; ou dans tout lieu public sollicite ou importune de manière persistante à des fins immorales, est coupable d'un crime, "

 

L'avocat constitutionnel Bobby Mkangi a confirmé que la suppression d'un article du Code pénal signifie que cela pourrait entraîner la non-reconnaissance juridique de l'infraction.

« Lorsqu’il est prouvé qu’un homme vit avec ou est habituellement en compagnie d’une prostituée ou qu’il a exercé un contrôle, une direction ou une influence sur les mouvements d’une prostituée de manière à montrer qu’il aide, encourage ou l'obliger à se prostituer avec toute autre personne, ou de manière générale, à moins qu'il ne convainque le tribunal du contraire, il sera considéré comme vivant sciemment des revenus de la prostitution, "

Cela s'appliquera également aux femmes en vertu de l'article 154 du Code pénal. Une partie du code pénal dit :

« Toute femme qui, sciemment, vit en totalité ou en partie des revenus de la prostitution, ou dont il est prouvé qu'elle a, dans un but lucratif, exercé un contrôle, une direction ou une influence sur les mouvements d'une prostituée de manière à démontrer qu'elle aide, encourage ou contraint sa prostitution avec toute personne, ou de manière générale, est coupable d'un crime »,

EXPLORE PLUS: Le seul pasteur lesbien du Kenya qui défend la communauté LGBTQ

558

Laisser un commentaire

Épinglez-le sur Pinterest

en_USEN